Musées et expo en famille Sorties et visites en famille

La galerie éphémère, le RDV street art près de Montpellier

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr
Temps de lecture estimé : 5 minutes

La galerie éphémère est un évènement artistique incontournable dans la région de Montpellier. Pour cette 7 ème édition, une dizaines d’artistes de tout horizon ont pris possession des lieux sur le site des salines de Villeneuve lès Maguelonne. “Une programmation éclectique dans une ancienne maison de saunier, une galerie au bord des étangs, un site naturel au passé industriel, un événement à découvrir ou redécouvrir le temps d’un week-end…”

Je suis tellement contente d’avoir pu la visiter avec mes enfants. Je n’imaginais pas revivre l’expérience de la tour 13 de Paris ici à Montpellier.

Les salines de Villeneuve lès Maguelonne, un site naturel où la nature reprend ses droits

Cette manifestation sur le site naturel des salines de Villeneuve les Maguelonne dans le cadre de la journée mondiale des zones humides crée la rencontre des amoureux de la Nature et des amateurs d’Art.

Le site des salines, qui s’intéresse autant à la préservation de sa biodiversité qu’aux valeurs sociales et culturelles, reste ouvert toute l’année et de nombreuses sorties nature sont organisées. 

Au programme, de l’illustration, de la photographie, du graff, de la sculpture, de la peinture, de la musique, de la danse mais aussi la découverte du site protégé des Salines avec les gestionnaires de ce site naturel d’exception.

Par ordre chronologique de la visite, voici la présentation des oeuvres et le descriptif des cartels.

Anna Saulle, photographie

“L’anthropocène est l’ère géologique dans laquelle on se trouve, qui est l’ère de l’humain”.
“ça en est devenu une ère géologique de par l’impact que l’humain sur son environnement.”
“J’ai voulu remettre les différents règnes à leur échelle de grandeur…”
Les enfants ont évidemment craqué sur ce magnifique cheval camarguais.
Pour ma part, j’ai trouvé le travail de contraste et de mouvement autour du noir et blanc.

Lauraine Motti, peintre

“Des animaux surréalistes racontent la fragilité des zones humides dans des mini-scènes narratives.”
“Les animaux de papier découpé et les protagonistes flottent, comme en suspension dans le temps…”
Dans ce monde imaginaire, les enfants ont pensé que c’étaient des tentacules qui sortaient des canalisations. On a apprécié la dualité entre le vivant et le mort, le statique et le mouvement, le gris et les couleurs vives.

Index Pouce, duo d’artistes, Graphisme / Illustration et Peinture en lettres / Murale

Au bout de ce couloir sombre, apparait un message. Par l’encadrement de la porte, on imagine un grande fresque mais en s’approchant on découvre un superbe travail d’anamorphose.

On n’a passé un bon moment avec les enfants à comprendre cette illusion d’optique, la perspective, la profondeur avec les différents plans. C’était super intéressant.

https://www.instagram.com/indexpouce/

Bertrand Dehache (moins12 prod), illustration/photographie

le cadre de mon exposition est la relation entre deux éléments qui semblent incompatibles : La nature et l’industrie sur fond de culture graffiti.
À travers trois techniques différentes, j’ai voulu montrer les choses autrement et porter attention à des détails de l’environnement qui sortent des stéréotypes du graffiti. La photographie pour l’expérience, le dessin pour l’analyse du détail et la peinture pour l’approche en décalé du sujet dont je parle…
https://www.instagram.com/moins12prod_photo/

Veks van hillik

“Travaillant actuellement sur la mer, j’ai naturellement orienté mon travail sur ce thème, j’ai voulu créer une pièce immersive où l’on puisse sentir “physiquement” l’eau.”
“Je voulais que les visiteurs se sentent immergé dans mon univers souvent peuplé de créatures hybrides ou chimériques…”
Dans cette salle on perd pied, on a l’impression de flotté au milieu des tentacules géantes. On a particulièrement aimé le jeu d’ombre et de transparence à travers l’eau.

Agathe Catel, photographe

“Ceux qui vivent au bord de l’eau…
Partout dans le monde, des femmes et des hommes vivent de la pêche. Qu’elle se fasse en eau douce ou en eau salée, une chose est essentiel que l’environnement soit propice pour permettre à la vie de s’y développer. En France on utilise de l’eau potable dans les toilettes. À Madagascar on fait sa lessive dans le canal. Du canal des pangalanes de l’étang de l’Or, en passant par les aresquiers, ce qui nous rassemble c’est l’eau. pourvu qu’elle soit propre. cette série est née sous le signe de gratitude. Gratitude à l’eau, gratitude à la lumière, gratitude à la vie. Les oiseaux aussi nous remercie.”
Merci à Agathe de nous ouvrir les yeux sur notre consommation absurde de l’eau. Cela nous a permis d’en parler avec les enfants. C’était très enrichissant.

Au 2ème étage, d’autres artistes nous attendent…

Clara Langelez fresque et illustrations

Mon coup de coeur !

Ce travail si minutieux du papier, si fragile et si envahissant est boulversant. Malgré le ryhtme effreiné de la visite avec les enfants, en surveillant qu’ils ne s’approchaient pas trop près, j’ai pu prendre le temps d’observer ces magnifiques détails plein de délicatesse. Et si on inversait les rôles et que la nature reprenait le dessus sur l’Homme, que deviendrons nous…?

https://www.instagram.com/claralangelez/

https://www.claralangelez.com/

Aude b., Illustration

“J’ai voulu présenter un être englouti par son environnement.”
“Un être de plus en plus à l’étroit chez lui.”
“Les tableaux sont des références à des odes à la nature célèbre.”
Les enfants ont trouvé ça très drôle de marcher au plafond et de trouver tous les indices qui nous font perdre le sens de la pièce.
https://www.instagram.com/audebrouiller/

Mr Garcia, collage

“J’ai voulu sortir de mon cadre de travail habituel qui est celui des comics et de la BD. Ce sont des collages découper à la main, que j’ai numérisé et agrandi. L’idée est de se rapprocher du thème environnemental et de proposer une immersion dans la faune sauvage.”
https://www.instagram.com/frenchserialcutter/

Nhobi, graff

https://www.instagram.com/nhobi_cerqueira/ 

Hien

“J’ai travaillé autour de l’immersion, pour donner à voir l’état des eaux sur la planète. C’est une plongée dans ma toile, un changement d’échelle et de point de vue. Mais peu importe l’angle, c’est toujours aussi alarmant…”
Je connaissais déjà ce tableau car j’avais rencontré Hien aux journées portes ouvertes des ateliers d’artistes. J’avais trouvé son approche très engagée vers l’écologie très intéressante. Cette installation donne une autre dimension. Et hop un petit rappel aux enfants sur le recyclage et le gaspillage… ça ne fait pas de mal !

https://www.instagram.com/hien_artwork/

http://www.hien-works.com/

Cahuate milk

“La pyrolyse est une décomposition chimique au travers d’une augmentation de la température en absence d’oxygène…
J’ai voulu créer un parallèle entre ce procédé et l’autodestruction à laquelle l’humanité fait face. Un seul être pour symboliser un ensemble qui brûle de l’intérieur. Et si au lieu de faire demi-tour nous décidions de foncer droit dans le mur…”

Lytnim, photographie

“Toutes les plantes ont été ramassé sur le site des Salines. C’est une mise en scène en studio, ce sont les derniers souvenirs d’un homme aux dernières minutes de la terre. Un dernier crépuscule où il se sent bien.”
J’ai aussi beaucoup aimé ce texte :
Le dernier crépuscule
Dans un avenir proche, la terre vit ces dernières heures, un homme tente de se souvenir.
Je me souviens de cet endroit. Sa végétation, ses couleurs, sa sérénité… C’est… Si paisible… C’est encore flou dans ma tête, je ne me souviens pas de ces couleurs vives, pourtant je les aime bien aussi. Et dire que tout ça prendra fin très bientôt. On aurait voulu que ça se termine autrement, ça ne tenait qu’à nous. Alors avant que la terre ne s’éteigne, avant que nous nous endormir pour toujours, je veux me souvenir de cet endroit tel qu’il est, dans ce dernier crépuscule…

https://www.instagram.com/lytnim/

https://www.lytnim.com/

Olivier Bonhomme, Illustration

Un autre coup de coeur pour ses paysages apocalyptiques avec tous ces détails. J’ai ressenti un monde inquiétant et absurde. La Nature qui perd ses repères et L’homme qui abandonne tout.

J’espère que la visite vous a plu et que vous allez courir la voir. Elle est ouverte jusqu’à dimanche 3 février à 18h.

Et si vous habitez loin ou que vous ne pouvez pas vous y rendre, ma story dédié à cet évènement vous attend sur instagram ou facebook.

Plus d’infos sur le site de la Galerie Ephémère.

  • Du 1 au 3 février
  • SALINE DE VILLENEUVE , Chemin des salins, Villeneuve-les-Maguelone
  • Vendredi 14h – 18h
    Samedi/Dimanche 9h – 18h
  • Entrée gratuite

 

Vous avez aimé cet article ? Notez-le !
[5/5 - 3 avis]

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.