Temps de lecture estimé : 5 minutes

On connait surtout Gérone pour ses belles maisons colorées qui se reflètent dans l’’Onyar. Mais derrière l’attrait touristique de cette cité riche d’un point de vue culturel, se cache un mouvement street-art affirmé. Lors de notre journée à Gérone en famille, nous en avons profité pour organiser une petite visite street art à Gérone.

Depuis 2012 se déroule un festival de Street-art dans la ville de Gérone, le Milestone Street-art Project. Chaque année plusieurs artistes investissent les lieux pour créer des fresques un peu partout dans la ville. Le site dédié à ce projet indique très bien les lieux où trouver ses oeuvres de street art à Gérone. Si vous avez une journée à consacrer à la visite street art à Gérone ça vaut vraiment le coup car vous allez reconnaitre des artistes mondialement connus comme Vhils, Lucy Mclauchlan ou Btoy…

Mais si vous êtes pris par le temps (comme nous, qui pensions pouvoir tout visiter en une journée), il existe un lieu où plusieurs oeuvres sont concentrées. Au dessus de la Carrer Bonastruc de Porta circulent des trains régionaux par une voie aérienne. Les piliers en béton qui soutiennent ce pont ont été peints par de nombreux street-artists. C’est une voie très agréable pour se promener en famille dans ce musée à ciel ouvert mais attention aux vélos !

street-art-gerone

En voici quelques exemples.

street-art-gerone

Andrea Michaelsson alias Btoy est une artiste espagnole née en 1977. Elle peint au pochoir des personnages figés dont les regards et les expressions interpellent et nous donnent à réfléchir sur notre société. Elle a peint les différentes faces de ce pilier avec les portraits de personnages emblématiques, tel que Malcom X ou Martin Luther King.

street-art-gerone-cyopekaf

Cyop et Kaf, est un duo italien qui marque le territoire dans les quartiers populaires par le biais de peintures murales. Ils ont peint 14 faces de piliers à Gérone, avec des motifs différents et humoristiques, sous la forme de petites silhouettes noires dans positions très particulières.

street-art-gerone-cyopekaf

street-art-gerone-borrishoppek-cyopekaf

Ici au premier plan, on retrouve Boris Hoppek, artiste allemand né en 1970. Il vit et travaille aujourd’hui à Barcelone. Avec des formes et symboles simples, les oeuvres d’Hoppek peuvent apparaître mignonnes et innocentes, mais la perversion et le nihilisme sont sous-jacents. Il aborde la question de racisme, de violence, de misogynie et de sexe et force son public à faire face à ses propres préjudices. Plusieurs de ses « Negritos » ont recouvert les piliers de cette avenue.

street-art-gerone-kram

Kram est basé à Barcelone, il travaille aussi bien l’illustration que le graff. Ses personnages sont amusants et décalés influencés par l’univers de la BD.

street-art-gerone-kram

Cette fresque présente un motif original, c’est le cas de le dire, un balai de WC Jodorowky qui date de 2015.

street-art-gerone-jodorowsky

street-art-gerone-jofreoliveras

L’accumulation d’animaux par Jofre Oliveras. Il travaille dans les espaces publics à travers la fresque murale, la sculpture et l’installation et ses œuvres sont inspirées par l’environnement où il les interprète.

street-art-gerone

Tout proche des piliers, il y a aussi quelques oeuvres à ne pas rater :

street-art-gerone

Ericailcane est un artiste Italien, ses œuvres sont caractérisées par une précision scientifique. L’artiste présente différentes espèces d’animaux inquiétants d’apparence humaine, dans des contextes étranges, parfois chargés d’une signification sociale ou écologique. Ces animaux aquatiques ou terrestres sont souvent dessinés combattant dans des environnements plus ou moins hostiles ou néfastes. Ici il nous propose un crocodile géant, un papillon sur le dos, qui essaye d’attraper des mouches. Cette fresque se trouve sur le mur du parking central de la ville depuis 2012.

Après la légende des mouches du pied de Saint Narcisse, voici encore une jolie légende autour de cette fresque. A cause d’un manque de foi, une nonne aurait été emprisonnée et ne pouvait sortir que pour aller à la rivière. A force de solitude, des écailles lui seraient poussées et elle se serait transformée… Comme elle a un caractère « saint » en tant que nonne, elle bénéficie de jolies petites ailes de papillon ! Il paraît qu’elle hante l’Onyar, et que l’on peut l’apercevoir près d’un des ponts une fois la nuit tombée… Elle est accompagnée de mouches, qui sont un des emblèmes de Gérone !

street-art-gerone-bl2a

Près de la place Susana, nous avons trouvé au coin d’une rue un portrait de BL2A. Si vous voulez jouer le jeu prenez un selfie en train de l’embrasser et partagez la sur les réseaux.

street-art-gerone-dali

Dans le square juste à côté du restaurant Txalaka, se trouve une reproduction de l’oeuvre de Dali Le sommeil (1937). C’est dommage qu’elle ne soit pas plus entretenue car elle est vraiment réussie.street-art-gerone-llibertat

Et pour finir, le Comité de la défense de la République de Gérone a peint, en mai 2018, le mot Llibertat sur le mur de soutènement du viaduc ferroviaire. Malgré leur engagement, leur bataille est loin d’être terminée.

J’espère que cette petite visite street art vous aura donner envie d’en voir plus. Alors filez lire l’article de notre visite en une journée à Gérone en famille

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.