Temps de lecture estimé : 5 minutes

10 jours en Bretagne en vélo… Tu imagines bien que nous avons eu plus de bas que de hauts avec ce mois de juillet pourri pour tout le monde.

A lire aussi La Bretagne en vélo : 10 jours le long du canal et sur la côte du Goélo (2/2)

Autant te l’avouer tout de suite, comme on se dit tout, nous n’avons pas tenu notre itinéraire de départ !

On avait prévu le tracé rouge (600km), on a fait finalement le vert (450km).

Si tu n’as pas quitté la France ces dernières semaines, tu n’es pas sans savoir que nous avons eu un magnifique mois d’octobre en plein mois de juillet, les ventes de crèmes solaires sont en chute libre et les glaciers déposent le bilan les uns après les autres. Mais comme nous sommes des warriors, nous sommes venus, nous avons vu et nous avons vaincu cette foutue pluie bretonne.

Bien sûr je m’attendais au fameux crachin breton, j’habitais Rennes il y a quelques années, donc je savais à quoi m’en tenir. Mais subir averses sur averses du matin au soir et même la nuit sous la tente, psychologiquement, on ne s’y était pas du tout préparés.

Changement de programme

L’avantage de partir sans rien avoir préparé, c’est d’être libre de changer le programme au jour le jour en s’adaptant à nos envies et humeurs du moment. Nous avions juste un billet de train aller Paris – Nantes, un retour Rennes – Paris, un GPS vélo et une carte routière. Aucune réservation.

C’est ainsi, après 6 jours de pluie non stop, littéralement lessivés, nous sommes arrivés à Carrhaix. Un break bien mérité, pas du tout prévu au programme, a fait l’unanimité! En prenant le TER, toujours avec nos vélos, nous avons coupé plus de 100 km en rejoignant directement Guingamp. Une petite parenthèse de 2 jours chez nos amis bretons qui nous a bien requinqué pour la fin du voyage sans pluie!

Un petit coin de paradis à deux pas de Guingamp. Merci les amis!

Adieu baie de Morlaix, Côte des Bruyères, Baie de Lannion, Côte de Granit rose… Nous reviendrons vous découvrir plus tard!

Sans regret, de belles surprises nous attendaient sur le Côte du Goélo et dans la baie de Saint Brieuc !

Paimpol et ses multiples facettes à marée haute et marée basse

Pour profiter de nos derniers jours sous le soleil breton mesquin (qui tape fort sans en avoir l’air), nous avons décidé de ralentir le rythme et de pouvoir nous promener sur les rochers, les pieds dans l’eau, en laissant jouer minipétoulette dans le sable ou sur les galets. Les vraies vacances quoi! Du coup, le trajet Saint Brieuc – Rennes s’est également fait en train. Dinan, ce sera pour une prochaine fois!

Un coucher de soleil sur le port de Paimpol, une bonne bière fraîche

(il paraît que c’est bon pour la récupération des sportifs).

On aurait manqué ça pour rien au monde…

Les gares et le train avec des vélos : défis et belles trouvailles

Après une mise en jambe de 12 km qui nous séparent de Montparnasse, une première épreuve nous attend : accéder à la gare avec notre chargement.  Ne cherche pas, à Montparnasse, le seul accès se fait par des escaliers. Autant être prévenu!

Arrivée à Nantes, l’annonce est brutale : le train ne s’arrête que 3 minutes. Très bien, qu’à cela ne tienne, on relève ce deuxième défi : faire sortir 2 vélos chargés de sacoches, une remorque pliée, 2 adultes et un enfant de 27 mois, par le même wagon qu’une douzaine de voyageurs qui veulent monter et descendre en moins de 3 minutes… top chrono! Mission accomplie haut la main! Avec nos précédentes mauvaises expériences, on commence à maîtriser. Petit bonus pour nous féliciter d’avoir réussi cet exploit, la sortie de la gare se fait par des pentes douces et non par des escaliers comme à Montparnasse. Pas cons ces Nantais! Ça pourrait presque donner de bonnes idées aux parigots!

Tu me connais, la SNCF et moi, on n’a pas toujours été copine. Mais quand il y a de belles idées, de l’entraide et des services gratuits, je n’hésite pas à te le faire remarquer. A Carrhaix, crottés de la tête aux pieds, avec des vélos dégoulinant de boue et une remorque, comment dire, opaque marronnasse (heureusement pour minipétoulettte, que la remorque est bien étanche), on s’est bien fait remarqué à la gare. Grâce à un gentil conducteur de train, nous avons eu le grand honneur de pouvoir laver nos vélos aux frais du contribuable. Ça arrangeait tout le monde, on se sentait moins bouseux et le TER tout beau, tout neuf, est resté bien propre.

Arrivés à Guingamp, ce même gentil conducteur, nous voyant galérer pour descendre et remonter les escaliers afin de sortir de la gare, s’est empressé d’aller prévenir le chef de gare pour nous accompagner traverser les rails sécurisés et éviter ainsi les escaliers. Encore merci, nous avons adopter cette astuce dans toutes les gares, plus de prise de tête, on évite le stress et les efforts inutiles!

De belles surprises  côté mer…

C’est étonnant de constater que finalement il y a beaucoup de similitudes sur les côtes françaises. En voyant ces photos, on aurait pu croire à de beaux paysages de la côte d’Azur mais non, nous sommes bien en Bretagne. La mer turquoise, les pinèdes, les côtes rocheuses, les corniches, les falaises…

Du côté de St Quay Pontrieux

L’abbaye de Beauport, un territoire sacré, préservé et rempli d’histoire. Entre autre, c’est le départ du fameux trajet de pèlerinage jusqu’à Saint Jacques de Compostelle. On en apprend tous les jours!

L’abbaye de Beauport, un monument et un site classé pour le plaisir des yeux le temps d’une balade en bord de mer.

Je ne sais pas pour toi, mais j’ai une plus grande facilité à me souvenirs des bons moments que des mauvais, alors je te laisse avec ces beaux moments figés pour me laisser le temps de me concentrer sur les mauvais. Je te raconte très vite la suite…

Et toi tu connais quel coin de la Bretagne? Des idées d’itinéraires en vélo ?

Découvrez tous nos voyages En vélo en famille

13 Comments

  1. La Bretagne nous n’y sommes allé qu’une fois, à côté de Lorient. Paa de pluie mais de la fraicheur en plein mois d’août…Mais c’était super, on a fait plein de trucs !

    • Pour un weekend le temps de trajet en train est un peu long mais dans 4 ans on pourra faire Paris-Brest en moins de 3 heures! J’en connais qui vont se faire des petits weekend breton!

  2. Saint Quay PoRTrieux malheureuse !!:p
    Bien sur que je connais c’est là que je vis ! Entre Binic et St Brieuc ! Et comme tu dis les paysages n’ont rien a envié au Sud ! (nous étions d’ailleurs aujourd’hui sur le sentier des douaniers, surplombant la mer ! )

    • oulala la boulette! En plus ce n’était pas le nom le plus compliqué!! On est peut être passé à côté de chez toi alors : la greve du Vau Madec? la vallée du goelic? On reviendra certainement à pied pour le GR34 surplombant les falaises… splendide!

  3. Bonjour,
    Je découvre ce jour ton blog, je suis ravi de te lire.
    Étant plutôt randonneuse que cycliste, je te conseille la cote de Granit Rose c’est magnifique, je ne sais pas si c’est accessible en vélo, a faire également la foret de huelgoat, les enfants s’y régalent, les adultes aussi en passant…
    Bye

  4. pas d’idée d’itinéraire mais plein de jolies ballades à effectuer dans les iles du Golfe du Morbihan : l’Ile aux Moines, l’Ile d’Ars sont superbes, si tranquilles. On était sur cette dernière ce WE avec dans la remorque (louée avec les vélos sur place) nos deux loulous (pas loin de 40 kg à eux deux), c’était un peu sportif mais génial.

  5. Pingback: La bretagne à vélo avec les enfants : de Rennes à Saint-Malo

  6. Pingback: La Bretagne en vélo : 10 jours le long du canal et sur la côte du Goélo (2/2) - La bougeotte en famille

  7. Pingback: Bonnes vacances : La Bretagne en vélo - La bougeotte en famille

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.