L’envie m’a pris d’aller, en ce jour du jeudi 17 octobre, visiter l’exposition temporaire de la Tour Paris 13, soit 19 jours avant la démolition de ce lieu unique.

Le principe de cette expo temporaire est de laisser carte blanche à 80 artistes du street-art, comme C215, Stew, +-, Bom. K et liliwenn, Sambre, … Un immeuble dans le 13ème arrondissement leur a été offert pour exercer toute leur créativité : 10 étages, 36 appartements, la plus grande exposition de street art jamais imaginée!!!

Ouvert au public 30 jours seulement… après il sera trop tard l’immeuble sera démolli!

Heureusement, j’ai eu la présence d’esprit (pour une fois), de ne pas emmener mes enfants à cette expo! C’est donc seule mais en très bonne compagnie de 2 copines que nous avons partagé ce moment mémorable. Mémorable par la patience dont nous avons fait preuve, le soutien que nous avons trouvé parmi les autres visiteurs et les vigiles, et le caractère exceptionnel, unique, inclassable de cette exposition. Une vraie expérience à vivre! On en prend plein les yeux, la technique, l’illusion, la perte de repères spatiaux, la prise de position, la prise de risque. Le street-art, c’est bien l’art à la portée de tous, encore faut il ouvrir les yeux dans la rue! Une vraie sensibilisation à ce phénomène de société!

Vous l’aurez compris, cette expo restera gravé dans ma mémoire !

Cependant je vous déconseille fortement d’y emmener vos enfants. En voici mes 13 raisons :

1. Le temps d’attente

7h d’attente, c’est le temps qu’il nous aura fallu pour entrer les bras en l’air en saluant la foule (véridique, la consécration) pour entrer dans l’immeuble! Arrivées à 11h37 exactement nous sommes entrées à 18h42 dans ce TEMPLE! Un enfant, voire même un ado, n’aurait pas tenu ! Il faut un mental d’acier pour ça! Le pire c’est que nous ne savions même pas ce qu’on allait découvrir à l’intérieur !

 

2. Le public dans la file d’attente

Les visiteurs viennent de tout horizon, des jeunes, des personnes âgées, des étudiants, des marginaux, le caractère gratuit est la porte ouverte à tous… ainsi qu’aux fumeurs de joints et aux buveurs de bières. Ce n’est pas vraiment l’endroit idéal pour un enfant!

 

3. Pas de toilette

La file d’attente qui s’étalait sur 3 rues autour de l’immeuble, ne prévoit pas de toilettes publiques. Donc imaginez un enfant devant se retenir 7h d’affilé/ impossible! Ni même pour les adultes dont certains ont craqué entre les voitures! Nous avons tenus! Je n’ai rien bu pendant 8h… ça sert d’être un chameau!

4. Pas de restauration

Ne cherchez pas un lieu kidfriendly dans le coin il n’y en a pas! Par contre, si vous le souhaitez il y a de nombreux restaurant à proximité, jap, boulangerie, quick (un peu plus loin apparemment). Il y avait même le serveur du restau du coin, qui a pris son thermos de café et ses gobelets pour offrir des cafés à 1€! Bon plan! Ou alors prévoyez un sac à dos rempli de munitions provisions pour tenir le choc!

5. Pas d’endroit où s’asseoir

Dans la rue, forcément pas de siège, imaginez un enfant restant debout ou dans les bras pendant 7h! Impossible! En plus, la météo de fin octobre est vraiment incertaine. Non ne faites pas vivre le Kolanta du street art à vos enfants, cela n’en vaut pas la peine pour eux!

6. Poussettes interdites

Au mieux, votre enfant a moins de 3 ans, vous pourrez donc faire l’installer confortablement dans une poussette bachée pour faire la queue mais sachez qu’elle restera devant l’entrée pour la suite de l’expo.

7. Des œuvres au milieu des gravats

Le principe de l’expo c’est de laisser les artistes libres donc les portes sont arrachées, le parquet explosé, les baignoires dépecées, les fils électriques dénudés, les cuisines martelées, les murs à l’état brut. Et pour donner un côté squat, tous les gravats sont conservés au milieu des apparts. Un panneau indique à l’entrée que la visite peut être dangereuse pour les enfants. Vous êtes prévenus!

8. Des décors sombres et morbides

Les thèmes traités par les artistes tournent autour de la mort, de la surconsommation, de la pollution, de la guerre, de l’au-delà… Aucune image n’est vraiment choquante mais certains décors sont sombres et macabres. Les questions des enfants peuvent vite devenir embarrassantes.. Et pourquoi le monsieur il est pas content? et pourquoi il y a des fantômes dans cette pièce? Et pourquoi il y a du sang par terre…

9. 9 étages à descendre à pied

Une fois que vous aurez passé la « sainte » entrée de l’immeuble, vous pénétrerez dans un ascenseur douteux (clostro s’abstenir), pour atteindre le 9 ème étage. Puis vous descendrez chaque étage un à un jusqu’aux caves. Si votre enfant ne maîtrise pas les marches d’escaliers, dommage pour lui, c’est à ses risques et périls…

10. Des caves douteuses

La fin de la visite s’achève par les caves. Je déteste les caves, j’ai peur du noir et je suis clostro (et parfois même un peu agoraphobe dans les endroits confinés). Du coup, j’ai pris sur moi, j’ai suivi le chemin à la lumière noire dans une odeur de moisi horrible. Mes enfants auraient certainement paniqué.

11. Se perdre dans les petits appartements

Les appartements sont minuscules (entre 20 et 40m²). Ils ont tous des petites pièces et des recoins à explorer. Je suis sûre qu’un enfant adorerait se cacher dans les placards entre les débris et les fonds de bombes…

12. L’envie d’écrire sur les murs

Ne vous étonnez pas si en rentrant de cette expo, votre enfant se prend soudain pour un graffeur et tague les murs de sa chambre ou la lunette des toilettes !

13. Bienvenu les femmes enceintes

 Les bébés en cours de création sont par contre les bienvenus! Femmes enceintes vous aurez le privilège de passer devant d’autres personnes, qui sont là depuis 7h, elles. Savourer votre bonheur et n’oubliez pas de remercier les gens en passant la « sainte » porte cela ne coûte pas plus cher! Par contre, sachez qu’une fois dans l’immeuble, en fonction de la grosseur de votre protubérance abdominales, vous ne pourrez pas voir toutes les pièces car il faut enjamber, se faufiler, ou se baisser pour pénétrer dans toutes les pièces!

Infos importantes :

Aucun autre coupe-file, ou fast past ou laisser passer ne sera tolérer. Les groupes font la queue comme tout le monde. Inutile de vous présenter avec votre carte presse, l’accès aux journalistes est réservé en dehors des horaires d’ouverture.

Depuis mercredi 16 octobre (nous l’avons appris sur place par les vigiles), l’immeuble ouvre à 10h. Maintenant que tout le monde le sait, les premiers arrivés seront là à 7h du mat (peut être avant?). Sachant que, j’y suis allée en semaine, avant les vacances scolaires et que les derniers qui ont la chance d’entrer à 19h15 (dernière entrée) étaient arrivés à midi, je vous laisse calculer à quelle heure il faut arriver pour réussir à voir cette expo. Il ne reste plus que 15 jours (démolition le 31 octobre!)

Voici un aperçu en image :

Merci Maya (qui avait pensé à prendre ses piles pour son appareil photo) et La taupe pour ne pas avoir facebooker toute la journée et garder un peu de batterie en fin de journée 🙂

Alors vous allez la faire cette expo? Avec ou sans enfant?

Crédit Photo : La bougeotte en famille 2013 / Maya 2013 /La taupe 2013

 

3 Comments

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.