Temps de lecture estimé : 3 minutes

Il y a de ces rencontres qu’on n’oublie pas…. Des rencontres qui te font grandir, te font oublier ton quotidien, qui t’aide à relativiser, à te rendre compte tout le bonheur autour de toi.

Cette rencontre c’est celle de Faithfully du blog « un jour mon bébé viendra ». Je l’ai découverte en mars avec cet article hilarant « Harder better stronger« . J’ai tout de suite eu envie de la rencontrer (on est presque voisines).

Ne crois pas que je vais te faire un article sur le désespoir d’essayer depuis plus de 2 ans d’avoir un enfant, d’enchainer les FIV et les déceptions. Non, ce n’est pas mon genre. En plus, elle, c’est une gagnante! Positive, enthousiaste et pleine d’humour qui accepte les évènements avec beaucoup de recul. Je te conseille son drôlissime « cher petit jésus » pour te donner une idée.

En la rencontrant, j’ai découvert que finalement nous avions beaucoup de points en commun. Sisi, je t’assure! Et pourtant j’ai eu ma fille en un claquement de doigt. Juge par toi-même!

Aujourd’hui c’est openblog : ici, tu trouveras son point de vue, son histoire et chez elle, tu pourras lire le mien :

Au début, je croyais que c’était facile de faire les bébés. Je croyais qu’on se mettait au lit, qu’on faisait touktouk, et que neuf mois plus tard on était parents. Je me disais « Moi je suis jeune, et dans ma famille tout le monde tombe enceinte facilement, le mari est jeune et se nourrit presque exclusivement d’herbe et de yaourt, il flippe de mettre son téléphone dans sa poche et a peur du wifi, je crois qu’on est bons. J’allais sur doctissimo, et quand je voyais les filles qui attendaient depuis huit mois, je me disais « Toute façon, moi j’irai jamais jusque là, c’est même pas la peine d’y penser. » Et bien chers amis, j’étais pleine de préjugés et de naïveté. Je sais pas si je me suis auto-porté l’œil à parler à la légère, mais ces filles je les ai toutes éclatées question attente. Au moins, maintenant que j’attends depuis deux ans et demi sans être sûre de pouvoir porter mon enfant un jour, je sais une chose dont vous n’avez probablement pas assez confiance : faire un bébé, c’est un miracle.

Et ouais, il s’est avéré au bout d’un an d’essais (et aussi d’attente, d’espoirs, de déceptions, de larmes, de jalousie) qu’en fait, le bébé naturel, on peut s’assoir dessus (enfin pas au sens propre, hein, on est bien d’accord, on est quand même des gens responsables par chez nous !), pour nous, c’est dans le plus rapide des cas la fiv icsi, dans le plus lent l’adoption. Et on est bien obligés de faire avec. Du coup ça nous remet plein de choses en place. Y a-t-il un bon moment pour faire un bébé ? Non, c’est toujours le bon moment. Il n’y a rien de suffisamment important dans ma vie pour que je ne puisse pas le sacrifier à une grossesse, ou à quoi que ce soit d’autre qui puisse m’apporter mon gamin. Alors ok, Dieu des bébés si tu m’entends, j’aimerais bien que mon transfert d’embryon congelé du mois prochain fonctionne, parce que comme ça j’accoucherai au moment propice pour enchaîner mon congé maternité et les deux mois de vacances scolaires que mon éminent statut de fonctionnaire de la république me donne, mais sinon c’est pas grave. Un bébé, je prends n’importe quand, n’importe comment.

Bon, tout n’est pas rose dans ce monde. Je suis confiante dans l’idée que j’aurai mon bébé, je sais qu’il viendra un jour, ou que j’irai le ramener moi-même par la peau du cul. N’empêche que l’enfer, c’est les autres. Les autres, ils ont tout pleins de bébés quand ils veulent. Les autres, ils passent leur temps à me demander « quand est-ce que tu nous fais un bébééééééé ? » et vu que j’ai pas trop envie de leur balancer dans la tronche qu’en avoir c’est plus que compliqué, je leur sors des excuses genre « J’en veux pas, ça fait du bruit et ça pue », ou « Je préfère les chiens », ils en ont rien à foutre. Chaque question me fait ressentir plus profondément encore le manque que je vis au quotidien. Mais je m’y fais (bon, en vrai j’ai envie d’insulter les gens qui me posent cette question à force, mais je suis une personne civilisée.) Avec ça, depuis que je suis mariée, voilà la pression qu’on se paye, tout le monde attend notre bébé. Bah chers gens, vous allez être déçus !

Je suis sûre que toi aussi tu as trouvé des similarités avec nos 2 histoires. Vas-y partage !

8 Comments

  1. j’évite d’harceler les gens avec ce genre de questions 1)faut vivre dans une grotte pour ne pas savoir qu’il y a de plus en plus de gens qui galèrent pour avoir des enfants, en tous cas j’en ai connu beaucoup dans mon entourage 2) il y a aussi des gens -très bien- qui n’ont pas envie d’avoir d’enfant…de toute façon les gens t’emmerdent toujours sur quelque chose, quand tu en as un la question c’est quand en fais-tu un autre, quand tu lui donnes le biberon on te dirt « tu ne le nourris pas? » ..il fait ses nuits, il marche pas encore etc etc…mais j’imagine que dans ce genre de situation la plaie est bien plus vive

  2. Je suis régulièrement le blog de faithfullyyours… j’aime son style, son humour, son courage et j’aimerais bien qu’elle ait une bonne nouvelle à nous annoncer !!!
    Super votre idée de portraits croisés !

  3. Je te souhaite du fond du coeur que cette rage d’être maman qui est en toi soit enfin récompensée !!!! Et courage parce que c’est trop injuste…

  4. Je ne connaissais pas le blog mais je vais y aller.
    Je voulais juste rebondir sur une phrase avec laquelle je suis d’accord « Y a-t-il un bon moment pour faire un bébé ? Non, c’est toujours le bon moment. » Comme j’expliquais i y a une semaine au pic nic Parole de mamans, je suis tombée enceinte au moment où j’ai donné ma démission et j’ai pensé une seconde juste une seconde à ne pas l’avoir ce bébé pour ce nouveau taf. Et je suis vite revenue à la raison en me disant mais c’est qu’UN travail. Finalement mon employeur a bien pris la chose et ma fille me me rend bien.
    Courage pour l’avoir ce bébé !

  5. salut toi, tu m’as l’air d’une dure à cuire une vraie battante, je connais une personne comme toi qui a galérai pour avoir SON bébé, elle a pleuré crié parfois, beaucoup souffert des paroles des autres mais elle y a toujours crue et a fini par gagner.Tu dis que c’est un miracle je pense comme toi,(pour une raison différente) si elle a gagnée pourquoi pas toi alors fonce tête haute garde espoir et croies-y encore et toujours je t’envoies un peu de soleil du midi ainsi que mon courage.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.